Cookies aux flocons (sans gluten & vegan)

IMG_7115

Oui, j’ai fais cette recette avec un temps à 35°C. Mais rien ni personne ne peut stopper une envie de cookies, surtout lorsqu’ils sont au chocolat, aux amandes, à la purée de cacahuète et… bon, je vous donne la recette. Et les petites photos qui vont bien, juste pour vous faire saliver avant de vous lancer dans la préparation de vos supers cookies !

Vous avez besoin de :

  • 100g de farine de châtaigne
  • 150g de farine de riz complet
  • 50g de fécule au choix (maïzena, pomme de terre…)
  • 30 g de poudre d’amandes
  • 80 g de sucre complet (coco, canne)
  • 100g de flocons (quinoa, millet, riz)
  • 20 amandes concassées
  • 45g de purée de cacahuètes
  • 1/2 sachet (3 g.) de poudre à lever
  • 1/2 cuil. à café de bicarbonate de soude
  • 1 cuil. à soupe de vinaigre de cidre
  • 250 ml de lait végétal (ici, quinoa + amande)
  • 1/4 cuil. à café d’extrait de vanille ou une gousse de vanille
  • 1 pincée de sel

Préparation :

  1. Préchauffez votre four à 180°C.
  2. Mélangez l’ensemble des ingrédients secs dans un bol.
  3. Ajoutez petit à petit le lait végétal en remuant à l’aide d’une fourchette pour bien mélanger. Ajoutez ensuite la purée de cacahuètes et le vinaigre de cidre. Mélangez pour obtenir un mélange relativement homogène.
  4. Façonnez des petites boules sur une plaque sur du papier cuisson (si votre plaque n’est pas en pierre -comme la mienne- héhé). Enfournez pour 12 minutes quand le four est bien chaud !
  5. Déposez vos cookies sur une plaque froide et attendez un peu avant de les engloutir (n’allez pas vous brûler la langue…)

Petite astuce gourmande : trempez-les dans du lait végétal. Perso, en tant que grande folle-dingue de lait de quinoa (et de quinoa en règle générale), je vous avoue que c’est un délice. Mais je pense que dans du lait d’amandes ça peut être très très bueno aussi !

Petite astuce number two : dépêchez-vous de manger vos cookies car dès le lendemain ils se ramollissent à cause des flocons (tout aussi bon mais si vous les préférez croustillants il sera trop tard), je pense que c’est une astuce que tout le monde appréciera !

Bon appétit 🙂

IMG_7053IMG_7058IMG_7065IMG_7082IMG_7067IMG_7087

Rochers coco et chocolat (sans gluten & vegan)

IMG_0011

Aujourd’hui (et comme souvent), mon estomac m’a incité à cuisiner des gâteaux. Il n’en perd pas une pour se goinfrer celui-ci ! N’ayant aucune envie de lui faire de la peine, j’ai décidé de lui faire plaisir en cuisinant une nouvelle petite recette bien gourmande que j’ai envie de partager avec vous parce que : uno, c’est super rapide à faire ; deuxio, c’est une régalade ; troisio, pour les amoureux de chocolat et de noix de coco, remontez vos manches c’est l’heure de passer 30 minutes dans la cuisine et de faire saliver vos papilles !

Premier essai et une jolie réussite (non non, je ne me la pète pas), mais j’espérais vraiment que mes rochers donnent cet effet là. Je vous avoue que du coup, le temps de prendre mes photos pour vous montrer en détail les étapes de la recette, j’ai plutôt mis une bonne heure (à 10 clichés pour la même capture, le temps passe vite) que la petite demie-heure prévue. Mais l’essentiel est que mes photos vous donnent envie de cuisiner ces petits rochers choco-coco-trop-bon.

Allez, je vous dévoile tout.

IMG_6723

Pour la recette, il vous faut :

  • 250g de copeaux de noix de coco
  • 100g de farine de coco (si vous n’en avez pas, remplacez la farine par des copeaux de noix de coco : le rendu sera juste moins compact)
  • 3 cuillères à soupe de sirop d’érable
  • 1/2 cuillère à soupe d’extrait de vanille (ou une gousse de vanille)
  • 2 cuillères à soupe d’huile de coco fondue
  • 75g de chocolat de noir en plaquette OU 3 cuillères à soupe de cacao en poudre (raw cacao) + 1/2 verre de lait d’amande + 1 cuillère à soupe de fécule de maïs + 1 cuillère à soupe de sirop d’agave

Préparation :

  1. Préchauffez votre four à thermostat 6, 180°C.
  2. Dans un mixeur, insérer les copeaux de noix de coco. Mixer à puissance maximale afin que les copeaux prennent une consistance « beurrée ».
  3. Insérer la farine et mixer le tout ensemble.
  4. Rajouter le sirop d’érable, l’huile de coco et l’extrait de vanille. Mixer le tout une dernière fois.
  5. Quand la consistance est bonne (compacte mais maniable), créer des petites boulettes équivalentes à une cuillère à soupe.
  6. Placez les rochers sur une feuille de papier sulfurisée, huilez de coco le dessus et parsemez de quelques copeaux de coco.
  7. Placez-les au four sur la plaque du haut durant 10 minutes. Il faut que la pâte dore bien. Laissez-les un peu plus si nécessaire.
  8. Laissez refroidir les rochers et pendant ce temps, faites fondre votre chocolat au bain marie. Vous pouvez rajouter du lait végétal et du sirop d’agave si vous souhaitez avoir un chocolat plus doux et sucré.
  9. Trempez vos bas de rochers dans le chocolat, posez les dans une assiette du côté coco de façon à laisser le chocolat se solidifier au frigo.
  10. Placez le tout au réfrigérateur pendant une demie-heure.

IMG_6734IMG_6738 (1)IMG_6740IMG_6759IMG_6766IMG_0005IMG_0020

Tic tac tic tac la demie-heure est passée, c’est l’heure de déguster…

A vos rochers les gourmands !

Pour d’autres recettes coco et chocolat, tu peux cliquer ici et !

Le chlorure de magnésium : un allié miracle

Sea salt for cooking. Selective focus, horizontal.

« Tu as l’air crevé(e) en ce moment, as-tu pensé à t’acheter des comprimés de magnésium ? ». Avouez-le, vous avez déjà tous entendu cette phrase, que ce soit pour vous ou quelqu’un d’autre. Et ce qui, en soit, est une excellente idée !

De nos jours il est devenu assez systématique de conseiller aux personnes stressées, fatiguées ou surmenées par leur vie quotidienne du magnésium sous forme de comprimés. De jolies boîtes colorées sur lesquelles il est écrit « magnésium » en gros sur l’emballage. Mais lorsque l’on regarde plus attentivement la posologie des pilules, on se rend compte que les doses contenues dans celles-ci ne sont pas franchement idéales pour combler nos carences en magnésium (ou du moins rapidement). Et ce ne sont pas les laboratoires pharmaceutiques (et leur porte-monnaie), ni le pharmacien (qui doit faire son beurre) qui vous le diront.

En attendant ce que je peux vous dire de mon côté, c’est qu’il existe un remède quasi miracle contre beaucoup de troubles physiques/psychologiques/émotionnels, y compris la fatigue chronique ou passagère, qui est efficace rapidement, facile à prendre et qui ne coûte quasiment rien. Parole d’honneur et expérience à l’appui, ce produit existe et on l’appelle le chlorure de magnésium ! Seul (petit) bémol : son goût est vraiment pas tip top. Mais dans la vie mes petits loups, il faut savoir ce que l’on veut : on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre. Bref, si vous ressentez des douleurs musculaires, articulaires, des maux de tête, des migraines et/ou une fatigue constante (surtout au lever), vous pouvez être sûr que votre corps est en manque de magnésium.

Je vous propose de comprendre ensemble pourquoi le magnésium est un oligo-élément essentiel à notre organisme, et comment le chlorure de magnésium se rend indispensable dans notre bien-être quotidien.


Le magnésium est un oligo-élément essentiel au bon fonctionnement général de notre organisme. C’est le deuxième ion le plus présent au sein de nos cellules après le potassium. Il est surtout connu pour son action sur le système nerveux et est considéré comme l’anti-stress naturel par excellence. Mais il participe à bien d’autres fonctions telles que :

  • la production d’énergie
  • l’élimination des toxines
  • la coagulation du sang
  • la fixation du calcium sur les os
  • la régulation du taux de sucre sanguin
  • la régulation de la tension artérielle
  • le métabolisme des lipides
  • la synthèse de l’ADN
  • le bon fonctionnement des glandes surrénales et donc de la production d’adrénaline (d’où son rôle anti-stress)
  • etc, etc !

Quand on connait les différents rôles que joue le magnésium dans l’organisme, on comprend mieux qu’une carence de celui-ci nous déséquilibre sur beaucoup de plans : psychique (nervosité, anxiété, insomnies…) ; neuromusculaire (crampes, vertiges, tremblements, paupière qui saute…) ; cardiovasculaire (palpitations, hypertension…) ; dermatologique (ongles cassants, perte de cheveux) ; digestif (constipation ou diarrhées, crampes d’estomac…) ; articulaire.

Ce qui est malheureusement sûr, c’est que nous sommes tous sujet à des carences en magnésium. Je vous ai cité plus haut quelques symptômes auxquels je pourrais rajouter : fatigue, courbatures, manque de concentration, perte de mémoire, perte de motivation, déprime… bref, la liste est longue. Plusieurs raisons répondent à la question que vous devez certainement vous poser : « Pourquoi manquons nous de magnésium ? ».

Premièrement, le corps n’est pas une source inépuisable de vitamines, minéraux, oligo-éléments. Dès qu’il ressent un manque (et je parle ici du magnésium), celui-ci va puiser dans ses réserves. Et quand y a plus ben… y a plus. Le corps ne produit pas lui-même de magnésium, il va le chercher dans notre alimentation. Ce qui m’amène au deuxièmement : nous ne le retrouvons que très peu dans notre alimentation actuelle en raison du raffinage des céréales d’une part, de notre mode d’alimentation (malbouffe, plats industriels) et d’autre part à cause de l’agriculture intensive qui élimine des nutriments essentiels pour notre corps. En clair, notre corps ne produit pas de magnésium et les seules ressources qu’il peut trouver dans l’alimentation sont faibles*. Malgré toute notre bonne volonté, il n’est pas facile de combler nos besoins quotidiens en magnésium et c’est la raison pour laquelle je vous parle aujourd’hui de ce super complément alimentaire, le chlorure de magnésium, qui va vous changer la vie (vraiment, je n’en fais pas trop je vous assure !)

chlorure_de_magnesium_sachet

Le chlorure de magnésium est tout simplement une forme sous laquelle se trouve le magnésium. On pourrait également citer : le sulfate de magnésium, le lactate de magnésium, le citrate de magnésium (ça fait beaucoup de magnésium tout ça). Mais c’est bel et bien le chlorure de magnésium qui nous intéresse car c’est la forme la plus assimilable par l’organisme. Voici quelques raisons de prendre ce complément alimentaire indispensable :

  • il stimule le système immunitaire et l’organisme, tout en diminuant le stress
  • il agit sur la santé et bien-être général
  • il apporte de l’énergie, une sensation d’euphorie (je le constate à chaque fois que je commence une cure)
  • une plus grande résistance à la fatigue
  • il favorise la concentration et la mémoire
  • il fortifie le système nerveux, améliore la résistance au stress
  • il aide l’appareil digestif (constipation, diarrhée)
  • il agit sur les problèmes dermatologies (acné, verrues, eczéma, ongles mous)
  • il agit contre les allergies
  • et même sur le tonus sexuel !

Ne vous en privez pas, d’autant plus qu’il est vraiment abordable : comptez 1,20€ le sachet de 20g en pharmacie. Voilà, vous savez tout, ou presque.

Si vous souhaitez passer à l’action : diluez un sachet de 20g pour 1 litre d’eau. En principe avec un sachet, vous en avez pour une dizaine de jours. Le but est de faire trois cures d’une vingtaine de jours chacune, à raison d’1 ou 2 verres par jour (selon votre ressenti et besoin) : 20 jours de chlorure, 10 jours de pause ; reprise de 20 jours de chlorure et 10 jours de pause ; et une troisième fois encore. Après ça vous serez tranquille pour 6 mois. Les pauses sont nécessaires afin que le corps ne s’habitue pas au chlorure de magnésium.

Petite astuce et non pas des moindres : placez votre bouteille de chlorure de magnésium au réfrigérateur afin de limiter l’amertume et le goût salé du chlorure : buvez le tout d’un trait. Je vous conseille VIVEMENT de rajouter un filet de citron (frais ou sous forme de Pulco) qui cachera entièrement le goût amer du chlorure de magnésium !

Je vous déconseille en revanche d’en consommer si vous devez suivre un régime sans sel, si vous êtes hémophile, si vous faites de l’insuffisance rénale ou si vous avez des problèmes d’hypertension artérielle (désolée de vous annoncer ça là, maintenant, après toutes ces éloges). Pour les autres, n’abusez tout de même pas du chlorure de magnésium si vous ne souhaitez pas passer vos journées sur le trône. Il a un effet laxatif si on en abuse…


Dorénavant, plutôt que de vous ruiner en achetant des boîtes de 60 comprimés à 6€ (ceci est un prix minimum hein) à raison de 3/4 prises par jour, commencez une nouvelle routine santé et buvez quotidiennement 1 à 2 verres de chlorure de magnésium.

Du coup vous l’aurez bien compris, si vous n’avez pas de sachets de chlorure de magnésium dans votre boîte à pharmacie, prenez vos gambettes à votre cou pour aller vous en dégoter illico presto ! En attendant, je vais aller boire mon petit verre de chlorure moi, tiens.

*Si vous souhaitez optimiser votre apport en magnésium dans votre alimentation, privilégiez :

  • les germes de blé
  • le cacao
  • les fruits oléagineux (noix de coco, amandes…)
  • le chocolat noir
  • les crevettes
  • les haricots secs
  • les farines de blé et de seigle intégrales
  • les bettes
  • les figues sèches, abricots secs, dattes
  • le pain intégral
  • les épinards cuits
  • les fromages à pâte dure
  • le persil
  • les bananes
  • le saumon

Bliss balls citron/coco

IMG_5707 En cette période estivale où nos gambettes et maillots de bain sont de sortie, je vous partage une recette vraiment (super méga) délicieuse, testée, approuvée, rapide à faire, et surtout beaucoup moins calorique que des snacks 100% gras saturés !

Il s’agit de « bliss balls », des petites bouchées (ou boules) sucrées venues tout droit d’Australie, que l’on peut détourner avec plein de saveurs différentes. J’ai choisi le thème coco/citron que je trouve frais, acidulé, et qui correspond parfaitement à ce temps ensoleillé !

Pour la recette, il vous faut :

  • 165g de poudre d’amandes (idéalement les mixer soi-même)
  • 45g de farine de coco
  • 35g d’huile vierge de noix de coco fondue (magasin bio)
  • le jus d’1 gros citron / 2 petits citrons
  • 2 cuillères à soupe de sirop d’érable
  • noix de coco rappée pour l’enrobage
  • 1 pincée de sel

Réalisation :

  1. Placez tous les ingrédients dans un bol et mélanger le tout avec une fourchette pour éviter les grumeaux. Mélangez jusqu’à ce que cela devienne une pâte compacte
  2. Formez ensuite des boulettes (avec l’équivalent d’une cuillère à café) entre vos paumes
  3. Roulez les boulettes dans la noix de coco rappée
  4. Placez vos victuailles dans une boîte hermétique au frigo avant de les déguster !

Si vous n’avez pas de poudre d’amande, remplacez-là par de la poudre de noisettes. Vous pouvez garder vos bliss balls au frigo pendant une semaine, mais je suis certaine que ce ne sera pas nécessaire 😉

Bon grignotage les gloutons !

IMG_5722IMG_5708

Un corps en équilibre

ptitdej_1

Pour toutes les personnes qui ressentent des douleurs physiques (maux de tête, acné, mauvaise digestion, maux de ventre et toute la panoplie qui va avec), ce sujet vous concerne !

Pour ce faire, j’ai envie de vous partager une notion des plus importantes pour mieux comprendre notre corps, nos maux physiques mais également psychologiques. Je vous parle de l’équilibre acido-basique.

Certains d’entre vous savent certainement ce que cela signifie, mais je vais mettre un point d’honneur à l’expliquer car c’est pour moi la base d’une bonne santé. Nous allons voir pourquoi il est nécessaire de préserver cet équilibre ! Le sujet est assez complexe, voyons ce qu’il est important de connaître.

Les aliments que nous ingérons sont classés en 3 catégories : acides au goût (citron, orange), alcalins (légumes, fruits) et acidifiants (viande, laitages, pain). Le corps nécessite une part de chaque pour être en totale harmonie. Malheureusement, nous avons tous tendance à avoir une alimentation beaucoup trop acidifiante (sandwichs mangés sur le pouce, malbouffe, mauvaises habitudes alimentaires) causant de multiples carences dans notre corps. C’est à ce moment là que des déséquilibres apparaissent :

  • fatigue, surtout le matin
  • mauvaise haleine
  • acné
  • peau grasse
  • perte de cheveux anormale, ongles cassants
  • mauvaise digestion avec aigreurs d’estomac
  • douleurs musculaires, courbatures…

Le pH se situe sur une échelle entre 0 et 14 (ça vous rappelle vos cours de physique-chimie du collège hein ?), les aliments acidifiants tendant vers le 0 et les aliments alcalifiants vers le 14. Sachez que l’acidité d’un aliment n’a rien à voir avec le pH réel de la nourriture elle-même, exemple du citron à l’appui. Ils sont très acides mais les résidus qu’ils produisent après la digestion et l’assimilation sont très alcalins, donc les citrons sont alcalifiants dans l’organisme. A l’inverse, la viande montre un pH alcalin avant la digestion, mais laisse un résidu très acide dans le corps après la digestion, donc la viande est très acidifiante.

Une trop grande consommation d’aliments acidifiants (viande, sucre, sel, café, alcool…) combiné à une trop faible consommation d’aliments alcalifiants (légumes, fruits, graines) génère une acidose chronique de faible niveau, ce qui signifie que le corps va être obligé de puiser dans ses réserves minérales alcalines pour neutraliser l’excès d’acidité. L’acidose peut également entraîner beaucoup de fatigue, car un environnement acide nuit à la production d’énergie des cellules du corps, diminue également les réserves d’oxygène disponible pour le fonctionnement des cellules, et permet aux éléments pathogènes de se développer plus facilement. Apparaissent alors eczéma, acné, arthrite, etc. L’idéal est de partager son alimentation en 70% de produits alcalifiants et 30% de produits acidifiants.

Les solutions pour réduire petit à petit l’acidité dans le corps :

  • choisir une alimentation majoritairement alcaline (sans blague !) : favoriser les légumes, fruits, légumineuses (voir ma liste récapitulative à la fin de l’article)
  • faire une cure de citron
  • s’oxygéner (on dit que c’est bon pour les neurones aussi…)
  • faire du sport, histoire d’éliminer le surplus d’acidité par la transpiration

Et surtout limiter la consommation de :

  • café, cigarette (je sens les foudres arriver sur moi à ce moment précis)
  • boissons gazeuses, boissons sucrées, alcool
  • aliments raffinés (sucre, sel, farines, gâteaux, pâtes, pain, etc)
  • viande rouge, produits laitiers

Vous pouvez toujours faire le test de votre pH urinaire, il suffit de vous fournir d’un rouleau de papier pH en pharmacie (je vous conseille de l’acheter sur internet, beaucoup moins cher) et par logique, faire pipi dessus (sans faire pipi sur ses doigts, j’ai réussi, vous pouvez le faire !). La réponse du pH dépendra de la couleur de la bandelette. En revanche il est déconseillé de faire le test dès le premier passage aux toilettes de la journée car pendant la nuit, le métabolisme travaille de façon à éliminer les déchets acides du corps.

Je vous propose de regarder les groupes d’aliments ci-dessous, l’important est de ne pas changer d’alimentation du tout au tout mais d’y aller progressivement afin d’éviter quelques troubles intestinaux… En cas d’une trop forte acidité, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Bon rééquilibrage !

imagehome

  • Éléments ALCANISANTS (à privilégier donc) :

Légumes : pomme de terre et patate douce, carotte, betterave rouge, salade verte, chicorée et mâche, choux vert, rouge et de Bruxelles, céleri branche et fenouil, haricot vert et jaune, bette (feuille), concombre, artichaut, brocoli, courge, courgette, pâtisson, avocat, endive, épinard (cru), céleri rave, salsifis, topinambour, panais, choux fleur, radis, navet, poivron, asperge, oignon, échalote, ail

Fruits : pomme, poire, prune, mirabelle, raisin, abricot, cerise, pêche, figue, melon, pastèque, fraise grosse et douce, groseille, myrtille, clémentine, mandarine, mangue, grenade, kaki, ananas, banane

Fruits secs : raisin, abricot doux, banane, date, pruneau, poire, pomme, pêche, figue, mangue, ananas

Oléagineux : amandes, noix du brésil, olives noires, olives vertes, sésame, pignons de pin, noix de coco

Céréales : céréales semi ou complètes (Blé, riz, seigle, orge, épeautre, sarrasin, quinoa), maïs

Produits laitiers : Lait entier cru, beurre au lait cru, fromage blanc égoutté, fromage frais, beurre pasteurisé

Poissons : poisson maigre (cabillaud, bar, merlan, sole, truite, huîtres)

Viandes : viande blanche (poulet, dinde, agneau, veau)

Légumineuses : pois, tofu, lentilles, flageolets, haricots blancs

Sucres : sirop d’agave, sucre complet, sucre de cannes, sirop d’érable, miel

Huiles et graisses : huiles de première pression à froid

Boissons : thé, infusion, jus de légumes frais, lait végétaux

  • Éléments ACIDIFIANTS (à consommer avec modération) :

Légumes : tomates, aubergine, cornichons au vinaigre

Fruits : tous les fruits non mûrs, reine claude, griotte, brugnon, fraise acide, groseille, framboise, cassis, orange, pamplemousse, kiwi

Oléagineux : Noix, noisette, cacahuète, noix de pécan, pistache, pépin de courge, graine de tournesol, olive au vinaigre

Céréales : céréales raffinées blanches, millet, pâtes, pain, gâteaux industriels

Produits laitiers : Lait UHT, lait au chocolat, beurre cuit, crème fraîche, autres fromages

Poissons : poisson gras (saumon, thon, carpe, hareng, crustacés)

Viandes : viande rouge (boeuf, mouton, cheval, porc et charcuterie)

Légumineuses : graines de soja, haricots rouges, pois chiche

Sucres : sucre blanc, roux, brun, édulcorant

Huiles et graisses : huiles cuites (sauf olive et arachide), margarine hydrogénée

Boissons : café, chocolat, thé noir, alcool, jus de tomate, limonade, sirop, sodas

C’est l’histoire de ma vie

thumb_IMG_5763_1024

Après Florent Pagny, j’avais envie de vous chanter un air du Roi Lion car j’aime être lourde parfois.

Bon c’est vrai qu’à voir le titre comme cela, on pourrait croire que je m’apprête à vous écrire un roman sur ma vie, de mes premiers pas jusqu’à ma dernière action en date (écrire un article de blog derrière l’écran de mon ordinateur). Que nenni. Mais j’ai bien envie de vous raconter ce qui m’a donné envie de créer cette interface communautaire parmi tous les autres blogs de la toile.

« Il était une fois… » Non en fait ça se passe il y a 1 an et demi environ, lorsque rien ne va plus avec moi-même. Je chouine pour un oui ou pour un non, j’ai des boutons qui poussent comme des champignons, je suis fatiguée, j’ai constamment mal à la tête, mal au ventre, mal ici, et mal là tant qu’à faire. Je déprime, je me coupe un peu plus chaque jour de mes relations et broie du noir toute la sainte journée. On pourrait croire qu’aujourd’hui ça me fait rire mais ce ne serait qu’une impression. Ces tracas quotidiens se sont véritablement accentués petit à petit s’installant comme il faut de mes 16 ans environ (pour ceux qui n’ont pas lu ma présentation – bouuuh – j’ai 22 ans) jusqu’à aujourd’hui.

Le déclic (ou plutôt l’alarme de dernière chance) a vraiment sonné lorsqu’ingurgiter, ne serait-ce qu’une tomate pour le déjeuner me devenait insupportable, au point d’en être pliée en deux tout l’après-midi. Je décide alors de rechercher un acupuncteur dans le moteur de recherche Goo*le. Je prends rendez-vous et par chance j’ai une place deux jours après.

Me voilà donc dans le cabinet. La médecin vietnamienne me demande mes symptômes, le sujet de ma venue, et me tend un petit bloc de feuilles à lire pendant une demie-heure (c’est une blague là ?). Le thème :

Pourquoi le gluten et le lait de vache sont-ils mauvais pour la santé ?

Honnêtement, je me suis demandé si je n’étais pas encore tombée sur un charlatan ou autre fataliste (je ne vous l’ai pas précisé mais j’étais déjà allée voir médecins, magnétiseurs et toute la fanfare qui n’avaient – bien sûr – pas trouvé de solutions à mes problèmes), rejetant la faute sur ces deux aliments, sous l’effet des nouveaux régimes à la mode « gluten free » et « lactose free ». Suite à la lecture du dossier et aux explications complémentaires du médecin, je me suis dis « pourquoi pas tenter de ne plus en manger, de toute façon je n’ai rien à y perdre ». Pour compléter le tout, une prise de sang (ou plutôt tous les tests sanguins possibles et inimaginables) m’est demandée pour la semaine suivante.

En rentrant chez moi et bien motivée à écouter les précieux conseils de madame la médecin, c’est le drame : hormis les haricots en conserve et le riz blanc, tout de ce qui était programmé dans mon alimentation quotidienne contenait du gluten ou du lait ou les deux. Génial. En plus de ça et suite à mon passage au laboratoire d’analyse pour le prélèvement des 21 tubes de sang (et un malaise bonus), je reçois les résultats deux jours après. Deux tests positifs à taux élevé : le candida albicans et le zona. Et késako ça ? J’ai bien l’intention de vous écrire un petit article sur le candida, ce champignon anodin lorsqu’il dort paisiblement dans vos intestins mais qui se révèle dévastateur lorsqu’il l’a décidé. Également, une intolérance au gluten et une intolérance au lactose me sont révélées.

Donc voilà, j’en informe la médecin qui comprend beaucoup mieux mes états dépressifs et les autres symptômes de mon mal être, me fait acheter des gélules et autres médicaments, me supprime les aliments sucrés (j’entends par là sucre raffiné) car le candida se propage grâce à eux et je me dis que je n’ai plus qu’à me nourrir de salade verte. C’est ce que je croyais. Bien heureusement j’ai trouvé des alternatives et vous délivrerais mes petits secrets !

Après deux/trois mois d’acupuncture à raison d’une séance par semaine, une alimentation différente sans gluten, lactose et sucre raffiné, une prise de médicaments et de plantes, une perte de poids, un mieux être physique et psychologique : je me sentais mieux même si je sentais qu’il restait encore du pain sur la planche.

Aujourd’hui, cela va faire 1 an que je mange sans gluten ni lait de vache, quelques mois que j’ai supprimé les viandes, poissons et autres sources animales (j’avoue des écarts de temps à autres) et petit à petit, je me suis complètement dirigée vers une philosophie alimentaire différente, une approche plus saine pour prendre soin de son corps, un nouveau regard sur son propre bien-être, et comment améliorer sa santé par des méthodes simples et naturelles. Je trouvais important de vous expliquer pourquoi j’en suis arrivée à créer mon blog (qui au passage me trottait dans la tête depuis un moment, mais entre vouloir le faire et passer à l’action, il y a comme un escalier).

Sur cette petite histoire je vous laisse et si l’envie vous prend de commenter, je serais ravie d’y répondre que ce soit pour des conseils, des informations, etc.

Bonne journée citronnée !

Marilys

Le citron, qu’est-ce que c’est bon !

Voilà, c’est décidé, mon premier article dans la rubrique « beauté & bien-être » portera sur (roulements de tambour)… le citron.

Comme vous avez d’ores et déjà pu le remarquer, c’est un fruit que j’aime particulièrement. Je n’ai pas encore tapissé les murs de ma chambre avec, du coup je me suis vengée sur l’arrière plan de mon blog (et un petit peu sur le titre aussi) !

Oui, nous l’avons pratiquement tous dans notre cuisine, que ce soit dans le bac à légumes du réfrigérateur, au fond de la corbeille de fruits, laissé à l’abandon au détriment de ses camarades les pommes et les bananes. Il est temps de donner toute la reconnaissance qu’il se doit à ce super aliment.

Pour ma part, je commence quotidiennement ma journée par un verre de citron pressé mélangé à de l’eau tiède, à jeun. « Quoi ? Mais c’est beaucoup trop acide pour l’estomac surtout au réveil ». Bon c’est vrai que quand on n’est pas forcément fan d’acidité, c’est un peu compliqué de s’avaler un jus de citron pur et surtout le matin quand on a encore les yeux collés. Mais je vous assure (croix de bois, croix de fer) que le supplice ne dure jamais plus de 5 minutes. Le citron est ce que l’on appelle un régulateur de l’équilibre acido-basique du sang, par conséquent son goût est acide mais il devient alcalin lorsqu’il est métabolisé par l’organisme (un article est prévu sur ce thème, c’est promis).

jus-de-citron-presse

Le citron a bien plus de vertus intéressantes qu’on ne pourrait le penser :

  • Il nous donne de l’énergie et de la vitalité
  • Il aide à éliminer les toxines du corps grâce à son fonction diurétique qui aide à drainer les reins, mais aussi grâce à l’acide citrique contenu dans son jus qui stimule le foie
  • Il aide à détoxifier la peau grâce à sa teneur en vitamine C et en antioxydants. Le citron est vivement recommandé en cas d’acné (en interne et en externe)
  • Il améliore la qualité du sang et sa circulation dans l’organisme, ce qui permet aux cellules du corps de se régénérer et ainsi prévenir des maladies en renforçant notre système immunitaire
  • Il possède des vertus antibactériennes et cicatrisantes
  • Il est un véritable allié pour les personnes ayant une digestion difficile : l’acide citrique stimule la sécrétion de bile dans le foie et ses fibres facilitent le transit intestinal
  • Il peut aider à la perte de poids grâce à sa conteneur en pectine qui diminue les fringales . Il aide à digérer les lipides mais n’empêche pas cependant de les stocker !

Grâce à ce geste facile quotidien et après une cure d’1 mois minimum, vous regretterez d’avoir laissé vos citrons s’assécher dans le bac à fruits et légumes du frigo. N’attendez plus…

A vos citrons !

Pâte à pizza (sans gluten & vegan)

Recette pour une pâte à pizza

IMG_1123_1024

Ingrédients :

  • 200g de farine de riz blanc
  • 85g de farine de riz complet
  • 55g de farine de pois chiches
  • 20g farine de lupin
  • 80g farine de sarrasin
  • 2 grosses cuillères à soupe de farine de maïs
  • deux cuillères à café de poudre à lever
  • une cuillère à café de bicarbonate
  • deux cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 3 cuillères à soupe d’eau tiède
  • une pincée de gros sel
  • 2 cuillères à soupe de graines de lin

Préparation :

  1. Mélanger toutes les farines, le sel, la levure, le bicarbonate, des graines de lin et la fécule de maïs.
  2. Ajouter les deux cuillères à soupe d’huile d’olive et l’eau tiède.
  3. Pétrir la pâte avec les doigts jusqu’à consistance homogène et créer une boule avec la pâte.
  4. Couvrir le saladier avec un torchon et laisser reposer la pâte une petite heure.
  5. Étaler la pâte sur du papier sulfurisé sur une plaque à pizza.
  6. Garnir avec les garnitures de son choix. Pour ma part : sauce tomate, tomates, olives, oignons, champignons, persil et fromage de chèvre. Tout ce que j’ai trouvé de bon à mettre sur une pizza sans mon frigo quoi !
  7. Enfourner à thermostat 6, laisser cuire 15 minutes et venir vérifier toutes les 5 minutes.

Note : j’ai essayé une pâte à pizza avec un peu toutes les farines sans gluten que j’avais sous la main, mais je suis certaine que l’on peut cuisiner une pâte avec moins de sortes de farines. Je testerai cela dans les jours à venir (quelle corvée, c’est vraiment pour vous que je le fais hein !)

A vos papilles !

Gâteau au chocolat, coco et sésame (sans gluten & vegan)

Recette pour un moule à brownie

Sans titre

Ingrédients :

  • ½ tasse de sirop d’agave
  • 2 c. à soupe de sucre de canne non raffiné
  • ¼ de c.à soupe de bicarbonate de soude
  • 3 c. à soupe rases de mix gum sans gluten
  • ½ c. à soupe de levure de boulanger sans gluten
  • 3 c. à soupe de tapioca
  • 1 tasse de noix de coco rappée
  • ½ tasse de poudre de cacao
  • 3 c. à soupe de graines de sésame
  • 5 c. à soupe de fécule de maïs (maïzena)
  • 1 tasse de lait d’amande
  • 3 c. à soupe d’huile de noisette
  • 1 pincée de sel
  • quelques pépites de chocolat

Réalisation :

  1. Préchauffer le four à 250°C.
  2. Faire cuire jusqu’à ébullition l’équivalent d’une tasse de lait d’amande. Lorsque le lait boue, le verser dans un saladier et y rajouter le sésame ainsi que le cacao en poudre. Mixer la préparation pour éviter les grumeaux.
  3. Rajouter dans la préparation au chocolat le sirop d’agave, l’huile de noisette, l’extrait de vanille et le sucre de canne. Mixer le tout.
  4. Dans un autre bol, mélanger la noix de coco, le bicarbonate, le sel, le mix gum, le tapioca, la fécule de maïs et la levure. Mélanger de façon homogène.
  5. Verser la préparation solide dans la préparation liquide jusqu’à une préparation épaissie. Rajouter les pépites de chocolat.
  6. Verser la préparation dans le plat à brownie préalablement graissé.
  7. Placer le tout dans le four à 210° pendant environ 30 minutes.
  8. Lorsque le gâteau est cuit, le sortir du four et le décorer de sucre glace. Découper le gâteau en carrés et le placer au réfrigérateur.

A vos papilles !

Sans titre

Biscuits de Noël (sans gluten & vegan)

IMG_1190_1024Ingrédients :

  • 175g de farine de riz
  • 80g de farine de sarrasin
  • 3 cuil. à soupe de farine de pois chiche
  • 80g de poudre d’amande (facultatif)
  • 3 cuil. à soupe de sucre de coco
  • 2 cuil. à soupe d’huile de coco en pommade
  • 1 cuil. à café de bicarbonate de soude
  • 1 cuil. à café de gingembre en poudre
  • 2 cuil. à café de cannelle en poudre
  • 3 cuil. à soupe de lait végétal
  • 1 cuil. à soupe de gaines de lin moulues
  • 3 cuil. à soupe de sirop d’agave
  • 1 cuil. à soupe de sirop d’érable (facultatif)

Préparation :

  1. Préchauffer le four à 180°C
  2. Mélanger tous les ingrédients secs dans un grand bol
  3. Incorporer les huiles, les graines de lin et le sirop, en évitant de trop travailler la pâte
  4. L’étaler au rouleau à 2-3 mm d’épaisseur, de préférence entre deux feuilles de papier cuisson, et découper des formes (des étoiles, des fleurs, des cœurs…)
  5. Enfourner pour 10 minutes.

Note : ne pas hésiter sur les épices, le dosage indiqué n’est pas vraiment prononcé.

A vos papilles !